Pleine Lune


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Légende "des dames"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
solwen
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1238
Age : 39
Localisation : près de Clermont Ferrand 63
Pratique ésotérique : Au gré de mes besoins
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: La Légende "des dames"   Ven 15 Fév 2008, 20:19

Légende des Dames.


Sur la départementale 149, à deux kilomètres de Ségur le Château, se trouve sur la gauche une parcelle. Dans celle-ci, il y a une fontaine et ce "lieu dit" s'appelle "Les Dames".

étoile jaune étoile jaune étoile jaune


C'était un samedi du mois de novembre 1810, un homme pris de boisson et passant près de la fontaine vers minuit, vit trois femmes toutes de blanc vêtues, qui dansaient autour de la source en se tenant par la main. Choqué sans doute, car elles ne répondaient pas aux propos déplacés qu'il leur adressaient, il s'approcha brusquement auprès des danseuses, arracha la coiffe de l'une d'elles, la mis dans sa poche et disparut.

Arrivé chez lui et après avoir subit quelques remontrances de colères de la part de sa femme " Ne te fâches pas, dit-il, demain dimanche je te ferai un cadeau qui attirera sur toi tous les regards des assistants à la messe", il déposa le bonnet dans une armoire et se mit au lit.

Il dormit d'un sommeil agité comme en ont les ivrognes.
Sa femme se reposa plus paisiblement, mais éveillée de bonne heure par la curiosité et l'espérance de recevoir un de ces cadeaux auxquels "le mange tout" ne l'avait guère habitué, elle lança à son mari un regard à moitié accusateur à moitié suppliant. Devant ce regard interrogateur, le débauché se rappela (malgré la lourdeur de ses paupières qui pesait sur son front comme une masse de fer), de sa rencontre de la veille et de la promesse qu'il avait faite.

Il ouvrit donc l'armoire…mais, jugez de son étonnement et de sa frayeur, lorsqu'il vit dans le bonnet attendu par sa femme une tête de mort qui lui montrait de longues dents… Alors la peur le pris, il referma le meuble en tremblant et courut conter l'affaire à son curé, qui lui conseilla de retourner à la même heure c'est à dire à minuit sur le lieu ou il avait dérangé les trois danseuses. Le curé lui demanda de déposer, sur le cou de celle à qui il manquerait la tête, l'affreuse trouvaille dont il ne pouvait se débarrasser autrement. Il fallut bien obéir, car son absolution était à ce prix.

étoile jaune étoile jaune étoile jaune


Il dut retourner le soir même à la fontaine où il retrouva les trois femmes blanches qui dansaient toujours : l'une d'elles était décapitée. Il s'approcha en faisant à plusieurs reprises le signe de croix et déposa sur les épaules de celle-ci, l'épouvantable fardeau qui le faisait frémir. La tête se recolla comme par enchantement. Alors la femme lui dit d'un ton menaçant " tu as bien fait ". La ronde des trois femmes blanches continua.

C'est depuis cette nuit là que cette parcelle s'appelle "Les Dames".

La morale de ce récit c'est que le témoin ne s'enivra plus jamais, à la grande joie de sa femme


Source : www.correze.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Légende "des dames"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Bonjour messieurs dames "
» Exposition "Les Dames de Trianon" -juillet-octobre 2012
» Faire lire "Au bonheur des dames" en version abrégée, n'est-ce pas dommage?
» [2nde] Séq. sur "au bonheur des dames"
» Dossier "Au bonheur des dames"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pleine Lune :: Mystères et légendes :: Mystères et légendes en France-
Sauter vers: